• Edito

    L’Homme des temps moderne

    Dans un monde de faux-semblant faut-il être les autres pour affirmer sa présence ? Je me suis constamment demander ce qui fait un Homme et non un autre. Est-ce ses principes, sa conscience ou ses cheveux bien laqués ? On parle du politiquement correct, du socialement acceptable au lieu de parler de notre belle nature chaotique et imprévue. Nous sommes des fervents chercheurs de bonheur et d’éternels maso-sadiques. Nous souhaitons le bonheur aux autres, mais un peu moins que nous. Nous souhaitons le malheur à certains mais un peu moins que d’autres. Il ne faut pas exagérer. Tout est question de modération. Nous modérons jusqu’à perte d’horizon. Puis, nous ramons pour revenir…